Myopie, presbytie, astigmatisme… traitement (chirurgie réfractive)

La chirurgie réfractive:

C’est le terme générique qui regroupe toutes les chirurgies qui corrigent les défauts réfractifs de l’oeil. Elle regroupe la chirurgie de la myopie, de l’hypermétropie, de l’astigmatisme et de la presbytie. Le terme chirurgie réfractive englobe toutes les techniques correctrices, qu’elles soient cornéennes (Lasik, PKR) ou endoculaires (implants phaques pré cristalliniens ou chirurgie du cristallin).

Comment peut-on corriger les défauts réfractifs ?

  • En opérant la cornée : c’est la méthode la plus courante. On sculpte la cornée à l’aide d’un laser pour en modifier la forme. Ainsi, les rayons lumineux vont converger sur la rétine et les images seront vues nettes sans correction.
  • En mettant un implant dans l’œil sans opérer le cristallin : on parle d’implant phaque. Celui-ci est positionné dans l’œil, en avant du critallin. Il peut être mis soit accroché sur la face antérieure de l’iris, soit derrière l’iris mais en avant du cristallin.
  • En opérant le cristallin et en positionnant un implant corrigeant le défaut réfractif initial.

Les techniques cornéennes:

Le LASIK :

Il est réalisé au bloc opératoire, sous anesthésie locale dite « topique », c’est à dire après avoir instillé des gouttes d’un collyre anesthésiant sur l’œil. Vous êtes donc éveillé mais ne ressentez aucune douleur pendant le geste.
Il utilise deux types de Laser (un par temps opératoire).

Le premier temps consiste en la réalisation d’un volet circulaire cornéen superficiel au laser Femtoseconde. Sa profondeur varie de 90 à 120 µm, il présente une charnière, le plus souvent supérieure, et son diamètre varie de 8 mm à 9,5 mm.

Une fois ce volet prédécoupé au Laser Femtoseconde, celui-ci est soulevé manuellement pour permettre la réalisation de la deuxième étape chirurgicale.

Le second temps opératoire (appelé photo ablation) consiste en la correction du défaut de vision dont vous êtes atteint. Cette correction s’effectue en resculptant la cornée à l’aide d’un deuxième Laser : le laser à Excimer. (on ne traite ici que la partie cornéenne exposée après soulèvement du capot superficiel)

Enfin, le capot est ré appliqué sur la zone traitée et la cicatrisation débute en quelques heures.

Figure 1: image d’une cornée opérée de lasik lors de l’examen ophtalmologique (A noter les limites du capot (flèches)).

Figure 2 : image OCT de cornées opérées de lasik (1 mois post opératoire)

La PKR (Photokératectomie Réfractive) :

Cette technique, dite « de surface », n’utilise qu’un seul Laser (à Excimer, le même que lors de la deuxième partie du LASIK).

Comme pour le LASIK, elle est réalisée au bloc opératoire sous anesthésie topique (locale). Le geste chirurgical est donc indolore.

La première étape consiste en une abrasion manuelle de la surface (les 50 µm de surface sont ainsi retirés).

La seconde étape est la photo ablation au Laser Excimer. Celui-ci va remodeler la cornée et corriger le défaut optique que vous avez.

Enfin, elle se termine par l’apposition d’une lentille « pansement » transparente (identique à une lentille de contact souple), qui va favoriser la cicatrisation.

Foire aux Questions :

Avant la consultation pré opératoire pour chirurgie réfractive, puis-je mettre mes lentilles?

Pour assurer une bonne précision des examens pré opératoires, il faut retirer vos lentilles de contact 5 jours avant cette consultation en cas de lentilles souples et 15 jours en cas de lentilles rigides.

La chirurgie fait elle mal ?

Non, aucune douleur n’est ressentie au cours de l’intervention.

Le jour de l’opération puis-je me maquiller les paupières ?

Il est recommandé de ne pas se maquiller, ni se parfumer le jour de l’intervention.

Serai-je endormi pendant cette chirurgie ?

Non, une anesthésie locale (topique par collyres seuls) suffit. Selon les cas, le docteur HAY pourra vous prescrire un tranquillisant à prendre un peu avant l’intervention.

Si je cligne des paupières pendant l’opération, cela peut il remettre en cause le résultat ?

Vous ne pourrez pas cligner des paupières  pendant l’intervention car elles seront maintenues ouvertes.

Si je bouge l’œil pendant l’opération, cela peut il remettre en cause le résultat ?

La durée du traitement laser étant très courte, la probabilité de mouvements de l’œil est donc faible. De plus, le laser que l’on utilise pour corriger la myopie, l’astigmatisme, l’hypermétropie et la presbytie possède des caméras très puissantes qui détectent les moindres mouvements de l’œil ; le laser compense donc les moindres mouvements oculaires.

Dois-je être hospitalisé(e) pour cette intervention ?

Non, cet acte ne nécessite pas d’hospitalisation, vous repartez 10 minutes après l’intervention.

Pourrai-je conduire juste après l’intervention ?

Non, il est recommandé d’être accompagné pour rentrer chez vous après l’intervention.

La chirurgie réfractive contre indique t elle la réalisation ultérieure d’une chirurgie de cataracte ?

Non, le docteur HAY pourra vous opérer plus tard de cataracte quand celle-ci sera développée, car il possède l’expertise et les appareils permettant de mesurer l’implant à poser pendant la chirurgie chez les patients opérés par laser.

La chirurgie est elle remboursée par la sécurité sociale ?

Non, cette chirurgie n’est pas remboursée par la sécurité sociale. Elle peut l’être partiellement par votre mutuelle.

J’ai un glaucome, cela contre indique-t-il une chirurgie réfractive cornéenne ?

Non en théorie. En pratique, tout dépendra du stade de votre glaucome et de son équilibre sous traitement. Par ailleurs, il faudra prendre en compte cette chirurgie pour la surveillance de tonus oculaire.

Si je me fais opérer, quand pourrai-je reconduire ?

Cela dépend de l’intervention que vous allez avoir. Après un lasik, habituellement la conduite est possible après quelques jours post opératoire. Après une PKR, la conduite automobile est possible au bout de quelques jours mais un peu plus qu’après un lasik. Bien sûr il existe des variations inter-individuelles.

Après l’opération, quand pourrai-je de nouveau faire de l’ordinateur ?

Après un lasik, vous pourrez refaire de l’ordinateur dès le lendemain de l’intervention. Après une PKR, il vaut mieux attendre deux à trois jours post opératoires avant de reprendre cette activité.

Quel traitement doit être observé après l’intervention ?

Il faudra instiller des collyres anti inflammatoires et des larmes artificielles plusieurs fois par jour pendant un mois.

Quelles précautions doit on respecter après une telle chirurgie ?

– En post opératoire immédiat, il faut éviter de se frotter les yeux.
– Pendant un mois suivant l’intervention, il faut éviter la piscine ou les bains d’eau de mer.

Après l’intervention quand pourrai-je retravailler ?

Après un lasik, au bout de 24 à 48 heures la reprise du travail est possible. Après une PKR, il vaut mieux attendre quelques jours de plus. ATTENTION: Aucun arrêt de travail ne pourra être délivré car cette chirurgie n’est pas prise en charge par la sécurité sociale. Il faudra donc poser des jours de congés.

 

Les techniques de chirurgie endoculaire :

  • Les implants pré cristalliniens dits « phaques » :
    Ce sont des lentilles intra oculaires que l’on positionne en arrière de l’iris et en avant du cristallin.
    La pose se fait au cours d’une intervention chirurgicale au bloc opératoire sous anesthésie locale. Quelques heures près la chirurgie, votre chirurgien vous ré examine et vous laisse rentrer à domicile.

Figure : image OCT d’un implant phaque rétro irien et pré cristallinien (A noter les bords antérieur et postérieur repérés par une flèche)

  • La chirurgie du cristallin (cataracte) :
    A partir d’un certain âge et lorsqu’une cataracte débutante existe, on privilégie la chirurgie endoculaire cristallinienne. Celle-ci consiste à retirer le cristallin opacifié par un implant qui va corriger totalement le défaut de vision initial (myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie). Il existe donc différents implants permettant de corriger le défaut de vision initial.

Voir notre chapitre sur la cataracte.

Plus d’informations sur les pathologies